Ma bio·Maternité

L’amour bienveillant (d’une future mère)

Tu bouges de plus en plus, tu communiques avec nos mains chaudes qui enveloppent mon ventre et t’apportent amour et réconfort…
Tu gazouilles, tu nages, tu vibres, tu expérimentes le petit monde dans lequel tu grandis si petit qu’il soit, mais ça tu ne le sais pas encore.
On sent enfin tes petites vibrations cardiaques différentes des miennes…
J’aime cette douce sensation que tu me procures et je réalise tout juste qu’en moi bas deux cœurs!!
On te parle et tu réponds à ta façon et très distinctement.
Déjà dans le ventre les bébés établissent un moyen de communication des plus sensationnel, c’est si beau de créer la vie ❤️.
Aujourd’hui on est synchro tu grandis en moi,et j’ai grandit d’une année 😍.
Tu n’es pas encore là et je t’aime déjà éperdument, semblerai-je avoir atteint l’ataraxie d’un bonheur immuable ❤️.
On dit être parent n’est pas facile, on dit que vivre en couple c’est parce qu’on ne peut pas être seul, on dit que l’amour est une faiblesse… On dit on dit… Ce que j’entends et vois surtout dans les gens qui ont ce genre de discours c’est de la jalousie? de l’abandon? du dénie? de la déception? de la rancune? de la malveillance? 
Peut-être, c’est bien le genre de réponse que j’aurai donné il y a quelque mois.
À présent je trouve juste que ces personnes sont dans le jugement d’autrui sans connaissance de cause et semble peut-être mettre juste en avant des craintes qui leurs sont juste personnelles.
Pour ma part, j’avais peur de penser être un mauvais parent, ou mal faire, mais finalement avec du recul je constate que le bonheur vient et se transmet quand on lâche prise.
Je suis, je ressens et j’aime avec des sens qui me sont fort développés et j’ai toujours l’envie d’aimer plus, de le montrer comme une enfant encore et encore et d’apporter bienveillance tout autour de moi. Je suis restée émerveillé de la vie, comme une enfant, c’est une force à présent pour moi et non une faiblesse.
J’en ai souvent souffert et rendu parfois la vie dure aux personnes cherchant à me comprendre et n’y arrivant pas.
Avant je ne m’exprimais pas comme aujourd’hui, j’étais terrorisé et on arrêtait pas de me dire que mon hypersensibilité était mal.
Du coup je n’osais pas Être.
L’hypersensibilité n’est pas toujours simple à gérer, tant du point de vue physique qu’émotionnel.
Enfin avec le temps si, j’apprends à ne plus me tracasser de ce que pense les autres de moi, à ne plus attendre un retour équivalent à ce que je donne. Je ne donne plus aux personnes qui m’ont blessé, détruite et manipulé, je donne à ceux qui ne vole plus mon énergie.
En fait, je donne à ceux qui sont la pour moi quand je ne les attends pas. Souvent ils sont toujours là au bon moment.
Quand j’ai mal et suis triste par mes douleurs passées, je pense à bébé, je ne veux pas qu’il s’imprègne de ma peine alors j’apprends de plus en plus à m’aimer.
C’est ainsi qu’indéniablement je commence peu à peu à me dire que je serai justement une mère exceptionnelle,  j’encouragerai,  féliciterai, rassurerai, apporterai amour et sécurité à notre enfant. Mais surtout je ne le blâmerai pas, ne chercherai pas à le changer, à le fasconner à mon image… à le blesser profondément pour lui dire aprés que je l’aime!
NON je ne pourrai jamais être malveillante avec ma chair et mon sang, je sais combien cela peut avoir un impact sur notre développement et apprentissage personnel, il est tellement destructeur pour un enfant à en devenir adulte d’avoir subit l’inconfiance et l’insécurité.
L’amour n’est pas toujours suffisant, en tant que parent il ne faut pas oublier que tout nos agissements sont un modèle pour l’enfant qui les reproduira avant de se forger grâce à ses propres expériences.
Papa insulte, rabaisse, soumet, brime maman… par exemple, il est normal que l’enfant n’aura plus le même regard et le meme respect et donc la même confiance pour les deux.
Pour l’un il y aura de la peur et pour l’autre de la pitié. Il apprendra certes de lui-même, mais il finira par manquer le développement le plus important de la vie « une enfance épanouie et saine ».
L’enfant ne doit pas être le parent de ces parents à ce moment, cela ne devient pas que destructeur, mais toxique !
Il doit vivre et profiter un maximum de son enfance, ça c’est le rôle du parent être le guide. Un guide bienveillant.
Enfin pour ma part. Je pense que pour qu’il y ait bonheur et harmonie il faut qu’il ait un équilibre important en notre âme et bonne conscience.
Avec mon compagnon on travaille beaucoup sur nous même et sur notre couple tant dans la communication, dans la conscience de soi et surtout dans l’acceptation.
Le lâcher prise de l’ego ça aide bien haha, mais c’est dur parfois et ça fait mal d’admettre, pas forcément à l’autre à soi même aussi. C’est à ce moment-là qu’il faut oser le dire dans le respect et le calme si on veut être écouté puisque l’autre n’est et ne sera jamais dans notre tête.
Ainsi depuis 10 ans que l’on se connaît et 6 ans que nos vies se partagent on a appris et on apprend à grandir ensemble sans se considérer pour acquis.
Mmh je pense que bébé sera bien et se développera bien, être le parent que l’on a toujours voulu avoir est un bon moyen pour moi d’apprendre à être le plus bienveillant que possible.
Je t’aime, on t’aime bébé.
Publicités

5 réflexions au sujet de « L’amour bienveillant (d’une future mère) »

      1. Oh merci ma belle ça me touche que tu l’ais partagé 🙂 et qu’il ait plu 🙂 Wahou j’en reviens pas !! J’espère que plus de personne le découvriront aussi :-). Bisous et plein d’amour pour toi :-).

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s